Drépanocytose : le mal de l’ignorance et de l'entêtement

Aimer quelqu’un, se marier et avoir des enfants est l’un des objectifs de vie de la plupart des êtres humains. Seulement, aujourd’hui l’amour seul ne suffit plus pour prétendre à une vie heureuse de famille. Des tests médicaux doivent impérativement être faits, pour s’assurer de la compatibilité des partenaires. Parmi ces examens médicaux, l’un des plus importants est certainement celui de la drépanocytose. Malheureusement, de nombreuses personnes négligent cet aspect de la chose et les retombées sont souvent dramatiques.

Une maladie qui provient des parents

La drépanocytose, ou hémoglobinose S, est une maladie héréditaire qui provient d’une erreur dans la traduction de l’ADN chez l’être humain, erreur caractérisée par la transformation de l’acide glutamique en valine. L’hérédité de la maladie provient du fait qu’un parent possédant un gène drépanocytaire ( S ) le donne à son enfant. Si un enfant reçoit de ses deux parents qui le possèdent chacun le gène drépanocytaire, il est alors atteint d’une forme grave de drépanocytose.

Des symptômes et des conséquences dramatiques

Il existe deux formes de drépanocytose, celle atténuée où les symptômes et les conséquences sont plus légers lorsque l’enfant ne reçoit qu’un seul gêne drépanocytaire et l’autre grave, lorsque les deux gènes qu’il reçoit sont atteints. L’enfant atteint de drépanocytose a un faible taux d’oxygène dans l’organisme et peut être victime de douleurs soudaines et aiguës dans la poitrine. D’autres symptômes comme des articulations douloureuses, une intolérance au froid et dans les cas les plus graves la mort peuvent faire leur apparition.

Un mal qu’on ne peut soigner, mais qui peut être évité

Même si aujourd’hui la médecine a réussi à augmenter l’espérance de vie des victimes de cette maladie, elle reste incurable. Le meilleur moyen d’éviter ce mal qui atteint non seulement le malade mais aussi son entourage de par son impact psychologique est de le prévenir, d’effectuer un examen médical pour savoir si on est compatible avant de penser à faire un enfant.

A lire :   Dyslexie : un mal incurable ?